Formes pensées

et Handicap...

A la suite de la parution du Livre de Anne Givaudan : Formes Pensées, dans lequel l'auteure, consacre tout un chapitre à une personne handicapée : Gildas; Suite à l'émission sur la Radio ICI et MAINTENANT, ou il y est fait mention de ce même personnage, (c'est de moi-même qu'il s'agit...) je tiens à apporter une certaine vision des choses, afin que l'on comprenne bien ce dont on parle :

Si nous prenons le handicap comme on a l'habitude de le prendre sur terre, alors, il vaut mieux se tirer une balle dans la tête, tout de suite…


Lorsque l'on admet le principe de la réincarnation, trop de choses entrent en considération lors du choix de vie future… Et ce choix est fait en fonction de ce que l'on a à apprendre, à comprendre ; en fonction de ce que l'on vient apporter à nos semblables par cette nouvelle incarnation… Et bien souvent, le handicap dans ces cas là, n'est qu'un choix de vie, n'ayant rien à voir avec le karma., C'est une situation que l'on se donne, pour avoir toutes les possibilités utiles pour réaliser ce pourquoi l'on s'incarne…


Sorti de ce cadre là, le handicap de naissance, ou survenant plus tard, ou encore momentané, n'a pas de raison d'être, il faut que cela soit bien clair…


Bien sûr les formes pensées sont toujours là… Mais elles ne sont pas toujours, et loin s'en faut, en relation avec le handicap… Le handicap permet de vivre des situations qu'on ne vivrait pas en étant bien portant… sur les rapports avec les autres, notre vision de nous-mêmes par rapport à la société, de ceux que l'on aime ; des situations par rapport à notre notion du travail, par rapport à ce que l'on peut apporter aux autres, des situations de " pouvoir " avec d'autres personnes, que ce soit sur le plan des rapports humains simplement ou encore sur un plan encore tabou dans notre société : la sexualité…


Alors oui ! dans ce cas, le handicap possède en lui un moteur qui nous fait nous élever… Mais seulement dans ce cas…


Tant que notre société n'aura pas compris cela, le monde des handicapés sera dans son ensemble une misère… et mon parcours (jusqu'au 18/02/01 jour de la lecture d'aura) est là pour le prouver… puisque nos pensées créent les évènements que nous vivons…


Si vous me lisez, Anne, si vous écrivez un deuxième volume ou lors de stages sur les formes pensées, dites bien tout cela,… Le handicap quel qu'il soit n'est pas une punition que l'on se donne… Je dirais (au moment présent) que c'est un moyen d'aller plus vite, de comprendre des choses, que l'on mettrait des vies et des vies à comprendre… Ce n'est pas un moyen de brûler les étapes… non pas vraiment… C'est un moyen que l'on se donne, si brutal ou si inconfortable soit-il, pour se mettre à soi-même les points sur les " i "… à un moment donné de notre vie " cosmique " et pas seulement terrestre… C'est finalement le meilleur moyen pour apprendre à s'aimer soi-même, et à aimer les autres…

Gildas.