POSTFACE


Le livre était pratiquement sous presse quand un événement d'une signification extraordinaire à eu lieu récemment… Parmi toutes les questions que se posent un homme quant à sa venue sur terre, il en est une que je me posais depuis 3 à 4 ans et qui revenait presque tous les jours, la voici :



POURQUOI AI-JE FAIT LE CHOIX DE NAITRE HANDICAPÉ ?

 

Voyons comment je suis arrivé à me poser cette question…

Rappel : Je suis né : handicapé " I.M.C. " Ce qui veut dire que je contrôle tous mes gestes avant de les effectuer et cela depuis mon plus jeune âge… c'était la seule solution si je voulais m'en sortir…
a) Cette manière de faire, m'ayant donné une structure cérébrale d'analyste, j'ai compris très tôt que le fonctionnement de l'esprit était indépendant du fonctionnement corporel, mais que le deuxième était complémentaire du premier et non l'inverse…
b) Chose que j'ai toujours trouvée étonnante, je n'ai jamais été aigri par le handicap… J'en ai souffert, j'en ai pleuré, mais je n'ai jamais maudit qui que ce soit à cause de lui, au contraire de bien d'autres personnes handicapées…
c) Avec l'enseignement de Anne Givaudan, de Daniel Meurois et d'autres, j'ai perçu d'un peu plus près la structure de l'être humain (corps physique, corps éthérique, corps subtil - structure qui me fait penser aux poupées gigognes ) ainsi que sa dimension spirituelle…
d) La composition familiale, les très bons rapports avec mon père, ainsi que la vie de sa sœur, ont toujours été des questions pour moi…
e) Avec la vie que j'ai eue, il était normal que j'en arrive à me poser cette question, en ayant préalablement fait mienne la dimension spirituelle de l'être humain, et en acceptant le principe de la réincarnation…


J'ai donc voulu répondre à cette question… Pour cela, je me suis adressé à Anne Givaudan qui non seulement est l'auteur de la préface de ce livre, mais l'auteur d'une vingtaine de livres en coopération avec Daniel Meurois. Elle est aussi une thérapeute…
Elle emploie une thérapie révolutionnaire, qui se base sur cette évidence : tout état de l'être se manifeste en premier dans les corps subtils de l'être qui en gardent la mémoire… Ces états sont tous les états que nous connaissons : joie, peine, souffrance morale et physique, maladie, etc…
C'est avec une certitude de posséder une mémoire renfermant la réponse à cette question, que je me suis adressé à elle courant janvier pour une lecture d'Aura, une lecture des corps subtils….

Je vous livre ci-dessous cette lecture, au risque, j'en suis bien conscient, de déstabiliser certains et de passer pour un être marchant à " côté de ses pompes "…

Il y a 3 à 4000 ans, en Egypte, vivait un homme bien bâti, jeune, Il était très imbu de sa personne, et pour lui, seule la force physique, la beauté physique et tout ce qui tourne autour, comptaient…(comme dans notre société d'aujourd'hui)… Il avait des connaissances de soins mais ne les utilisait pas Il préférait " ramasser les lauriers " de sa force et de sa beauté, dans les parades de cirque, les jeux, les courses de chars, etc….

Lors d'une course de char, un jour, il eut un accident… Le char qu'il conduisait se renversa et le brancard lui brisa les reins…Il ne s'en remit jamais… Il demeurât handicapé le restant de sa vie, maudissant son nouvel état, et la solitude qui l'accompagnait désormais…

Pendant quelques années, il vécu seul, se mettant à part de la société, ne pouvant accepter sa déchéance… puis il se mit à appliquer les connaissances de soins qu'il possédait…

Alors les gens recommencèrent à aller vers lui… Mais cela était trop pour lui, ne pouvant accepter ce qu'il était devenu, il se donna la mort…

Elle rajouta deux choses :

a) L'incarnation présente, ne s'est pas effectuée à la naissance, mais quelques années plus tard…

b) Qu'il me restait encore une chose à faire pour remplir entièrement le contrat : Celle de défaire les mauvaises leçons données à mes contemporains il y a 3000 à 4000 ans… C'est à dire de corriger les messages que j'ai pu faire passer par mon attitude excessive

Voyons maintenant ce que la lecture d'Aura implique dans ma vie présente…

Dans un premier temps, il y a l'effet du Karma… Se donner la mort avant l'heure est une lâcheté vis à vis du choix de vie que l'on a fait initialement… Le contrat est rompu avant l'heure, et étant donné la loi d'attraction, nous sommes obligés de finir le contrat entièrement…

Pour cette incarnation présente, en étant handicapé, je crois que initialement j'ai été un peu fou…Choisir l'état de personne handicapée pour apprendre que ce n'est pas le physique qui doit mener l'humain, mais bien le spirituel, c'est pure folie à mon goût, et (tel que je me connais) beaucoup compter sur l'aide d'autrui pour réussir ce pari insensé… A ce propos, Anne dit " que je me suis plutôt donné les moyens de réussir ce parcours… mais qu'au départ j'ai douté de mes possibilités; d'où la difficulté, le retard de l'incarnation… " (cela expliquerait mon manque total de souvenirs d'enfance jusqu'à sept - huit ans…)

Mes rapports avec la beauté physique, la force corporelle, la sexualité, dans cette vie présente n'ont jamais été ambiguës… C'est vrai que j'admire un corps bien fait quelque soit le sexe… Mais je me dis à côté de cela : s'il n'y a rien dans la tête, à quoi cela sert-il ?

Les expériences de cette vie, les rencontres m'ont appris que la Vie équilibrait toujours les choses… J'ai eu des amis, qui physiquement étaient tétraplégiques où presque, mais qui intellectuellement et spirituellement étaient des " génies "

D'autre part, je n'ai jamais eu, jamais gardé dans ma tête, une image de moi d'un corps tout tordu…. J'ai une autre image de moi-même, mais pas celle-ci, puisque c'est le miroir qui me rappelle mon état apparent chaque matin…

J'ai été confronté deux fois au suicide dans cette vie présente, comme fuite possible devant la souffrance physique… et grâce aux miens, j'ai toujours résisté à la tentation…Mais cela m'a appris à ne pas condamner ceux qui font ce choix… Devant la torture physique et morale qu'occasionne la souffrance, il n'y a bien souvent, en première alternative, que cette solution efficace… Et comme la souffrance diminue d'autant la lucidité, il est impossible, seul, d'aller chercher une autre solution…

Aucune force au monde ne pourra désormais m'enlever l'idée que la vie est toujours juste, et que les leçons apprises soit tout seul, soit avec les autres, ne sont jamais bénignes mais au contraire pour un mieux être de soi-même et des autres…

Ce qui fait ma joie présente, c'est de voir que le pari fait au départ est en voie d'être gagné… et que nom d'une pipe, je n'aurais pas souffert pour rien…. Mais purée !!! quelle galère…

Et si vous lisez ces lignes, c'est que la dernière clause du contrat initial est en voie d'être réalisée… La boucle ouverte il y a bien longtemps se referme enfin….