VERTES ANNEES

Quand les enfants crient et jouent
Nous sentons monter en nous
Un air de nostalgie;
Nous vivons par magie,
Le temps de notre enfance
Vécu dans l'innocence...

Courant sous le soleil d'été,
Nous étions aimés, adorés...
Nous nous roulions sous l'arbre
Sur l'herbe épaisse, touffue,
Qui chatouillait nos jambes nues...
... La vie était un arbre...

Sur les bancs, nous avions conscience
De perdre notre liberté d'enfance;
En joie, nous retrouvions notre univers
Fait de jouets, de rêves et d'arbres verts...


Quelles sont loin nos vertes années!
Avec nos joies, jaloux de nos aînés,
Très impatients de grandir,
Nous attendions le temps de sortir
Afin de dépasser les haies
Que nos parents nous fixaient.

Nous avons dépassé ces haies
Pour perdre l'innocence...
Des consciences naissantes,
Nous avons perdu la paix...

Pour revivre dans cette confiance,
Pour renaître dans la sérénité,
Serons nous fiers de cette qualité :
Vivre sans cesse notre enfance ?