MAMAN, PAPA,

Le fracas des bombes s'éteignait;
Le bruit des canons s'éloignait;
Sur les prés, un doux vent d'été courait
Et très bientôt, vos vingt ans se mouraient.

Les foins étaient coupés;
Il faisait bon le soir
Chanter jusqu'au souper
Et flâner jusqu'au noir...

Qui rencontra l'Aimant ?
Jour de fête au bourg !
Qui rencontra l'Aimante ?
Les cloches sonnèrent ce jour...

Votre Amour a fleuri,
Votre Amour a mûri,
Votre Amour choisissant
de porter des enfants...

Cinq fois, votre Amour a parlé;
Cinq fois, il nous a appelés;
Mille fois, il nous a surveillés
Et il nous fait appareiller...

Traversant toutes les tempêtes,
- Dieu sait - ce n'était pas la fête,
Remontant les vents, les marées,
Votre Amour était bien ancré...

Nous voudrions, Papa, Maman,
Vous remercier.
Vous remercier
De vous aimer, simplement..